Dispositifs d'aide aux victimes de violences conjugales et intrafamiliales

- La prise en charge des personnes victimes de violences conjugales et/ou intrafamilales est une priorité de l’État.

- Ce contexte sanitaire inédit constitue un facteur aggravant pour les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants lorsqu’ils sont confinés avec leurs agresseurs.

- L'ensemble des différents dispositifs d’alerte et de secours sont actifs et opérationnels pour écouter, secourir et protéger les personnes victimes de violences à l’intérieur du foyer.

A savoir : Si elles se sentent en danger, les femmes peuvent quitter leur domicile avec leurs enfants à tout moment, et ce sans devoir disposer d’une attestation de déplacement.

 

1) Pour tout cas de danger grave et immédiat, avec nécessité d'une intervention sur place, il convient de contacter les services de première urgence (17).

 

 

2) Depuis le 1er avril 2020, pour faire face à l'augmentation des violences conjugales :
  •      en envoyant un SMS au 114 les victimes de violences conjugales et intrafamiliales peuvent alerter police, gendarmerie, SAMU et pompiers par message
  •      à l'origine le 114 est un numéro d'urgence pour les personnes sourdes et malentendantes : il est ainsi élargi à toutes les victimes de violences qui ne peuvent pas sortir de chez elles, ni faire de bruit

 

 

3) Le 3919 : écoute, information et orientation, de 9h à 19h du lundi au samedi

 

 

4) Vous pouvez contacter la plateforme de signalement des violences, 24h/24 et 7j/7 : https://arretonslesviolences.gouv.fr/

     

     

    5) Un portail de signalement gratuit, anonyme et disponible 24h/24 vous assure un accueil personnalisé et adapté par un policier ou un gendarme sous la forme d’un tchat (discussion interactive instantanée) : https://www.service-public.fr/cmi
    •      l’objectif est de vous permettre d’être accompagné-e vers le dépôt d’une plainte ou, dans l’hypothèse où vous ne seriez pas prêt-e, orienté-e vers les partenaires du ministère de l’Intérieur afin de faciliter votre prise en charge sociale et/ou psychologique
    •      le portail peut également être utilisé par des témoins de violences sexuelles et sexistes pour signaler des faits à la gendarmerie ou à la police

     

     

    6) Grâce à l'Ordre national des pharmaciens, il est possible de s'adresser aux pharmaciens de quartier, en prononçant le code "masque 19", qui alerteront les forces de l'ordre pour une prise en charge rapide : https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Engagement-des-pharmacies-pour-permettre-l-accueil-des-victimes-de-violences-intrafamiliales (communiqué de presse du Ministre de l'Intérieur)

     

    7) A l’initiative de Marlène Schiappa, des points d’accompagnement destinés aux femmes victimes de violences conjugales ont ouvert dans de nombreux centres commerciaux à travers la France.

     

    8) Dans le Puy-de-Dôme :

    - L’association AVEC 63 reste joignable pour l’ensemble des victimes pendant la période de confinement. Les situations d’urgence sont traitées avec les partenaires habituels (police, gendarmerie, 115, service de victimologie...) permettant ainsi de continuer à apporter des réponses aux sollicitations des victimes de violences conjugales.

    - Pour ce qui est de « l’accueil de jour pour les femmes victimes de violences conjugales », la prise en charge psychologique des femmes est maintenue. La psychologue continue à assurer ses entretiens psychologiques par téléphone. De plus, pour les femmes soumises à des horaires particuliers (milieu hospitalier, garde d’enfants à domicile…), la psychologue peut proposer des créneaux à des heures plus tardives ou plus adaptées. La psychologue pour enfants reste disponible le mercredi, sur ses horaires habituels de travail pour répondre aux demandes des mères concernant leurs enfants.

    - Pour l’accompagnement social, la référente sociale reste joignable sur ses horaires habituels de travail. Les rendez-vous physiques sont remplacés par des rendez-vous téléphoniques sans modifications des heures de rendez-vous. Pour toute nouvelle demande, elle peut rappeler les personnes pour leur proposer un RDV téléphonique ou échanger par mails pour celles qui préfèrent. Ainsi, des démarches ont pu être faites en ligne telles que des demandes de logement.
     

     

    Pour lire le communiqué de presse du gouvernement sur les dispositifs et mesures mis en place pendant la période de confinement, cliquez sur le lien  suivant : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/200325_-_communique_de_presse_-_violences_conjugales_et_intrafamiliales.pdf

     

     

     

    SOURCES :

    - Ministère de l'Intérieur : https://www.interieur.gouv.fr/

    - Ministère des Solidarités et de la Santé : https://solidarites-sante.gouv.fr/

    - Ministère chargé de l'Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Egalité des chances : https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/

    - Préfecture du Puy-de-Dôme : http://www.puy-de-dome.gouv.fr/